Les 4 affiches de l'édition 2019 du festival escales photos

Festival Escales Photos

DES Expositions Grands FORMATS EN LIBRE Accès

Le festival du Mor Braz accroche depuis 2013 des reportages photos dans 6 communes de la Baie de Quiberon : Locmariaquer, La Trinité-sur-Mer, Plouharnel, Le Palais (Belle-Île-en-Mer), Houat et Hoëdic. Cette année, entant que commune associée, Auray accueille 2 expositions Escales Photos.

PROGRAMMATION de l'Édition 2019

Le Mor Braz se partage entre insularité et continent. Un territoire qui façonne l’individu dès l’adolescence. Antoine Vincens de Tapol a rencontré des jeunes de Belle-Île et de Groix. Ils lui ont livré leurs espoirs, leurs désirs mais aussi leurs inquiétudes face au monde qui les attend.

Plantés comme des pieux dans les vagues, leurs silhouettes à peine esquissées dans les brumes du matin ou illuminées comme des icônes de François Jouas-Poutrel, dans les lumières intenses des ciels de traîne, les phares de mer de notre territoire sont autant ancrés dans le présent de la Bretagne maritime que dans sa mémoire. A la nuit tombée, la constance des signaux qu’ils envoient aux marins illustre avec toujours autant de force la tranquille résistance de ces bâtiments érigés pour le seul salut des hommes.

Hoëdic a été choisi en 2013 par l’Unesco pour figurer dans un reportage photo sur l’accès à l’éducation pour les enfants dans le monde. Quel enjeu pour l’avenir se joue dans la scolarisation des petits libyens, mexicains, kenians ou hoëdicais ? Telle est la question que pose « Les chemins de l’école », une exposition réalisée par les photographes de Sipa Press.

Séduit par son travail sur la pêche dans le Grand Nord (exposé en 2014 pour la première fois en Europe), Escales Photos a demandé a Chris Miller de porter son regard de spécialiste des pêches extrêmes sur la pêche à Houat et à Hoëdic. Chris Miller nous plonge dans l’action et joue sur les lumières, les postures, les regards pour créer une véritable dramaturgie des scènes de pêche. Le travail est tel que deux expositions sont réalisées l’une sur la pêche à Houat et à Hoëdic et l’autre avec les pêcheurs de Belle-Île. C’est la première que vous pourrez découvrir à Houat cette année.

Réinvestir le passé pour valoriser le présent, tel est le challenge de cette série dont la réalisation a été confiée au regard malicieux et décalé de ce photographe Concarnois. Ce reportage sur le costume breton du Mor Braz met en scène une ou plusieurs personnes dans leur réalité d’aujourd’hui mais vêtue(s) d’un costume ancien. Le message véhiculé par l’image se fait sur trois niveaux: un clin d’œil à la tradition, un lien étroit avec le terroir breton et en filigrane la fierté des origines sans nostalgie car ancrée dans le temps présent et la modernité.

Ce n’est pas le pardon le plus connu de Bretagne. Mais à Hoëdic, la Saint-Goustan est l’un des rendez-vous populaires les plus importants de l’année. Chaque dernier week-end de novembre depuis 1896, l’île tout entière fête son saint patron. « J’ai toujours connu la Saint-Goustan et mes parents aussi. », lance Christian Allanic, 72 ans, en entrant chez Jeanne à La Trinquette, l’incontournable bistrot ouvert à l’année. Car c’est autour du zinc, entre les tables en formica et le coin « presse », que commencent les festivités !

De la presqu’île de Locmariaquer à Belle- Île-en-Mer en passant par la Trinité-sur-Mer, Plouharnel, Hoëdic et Houat, ce sont côtes rocheuses basses aux larges estrans, grandes falaises à pic, grèves sableuses, rias boisées, mer sauvage semée d’écueils et d’îlots, marais salants, sans oublier les milliers d’hectares de sable et de vase du l’anse du Pô qui se découvrent aux yeux du promeneur… Comment s’étonner, alors, de la prodigieuse richesse biologique de pareil ensemble ? Les images d’Erwan Balança ouvrent une large fenêtre sur l’univers naturel et la beauté du Mor Braz et invitent petits et grands à partager des moments d’intimité de vie sauvage capturés à force de patience, de temps passé à observer et à comprendre le mode de vie des animaux qui le peuplent.

festival-escales-photos-locmariaquer

Lièvre de mer, ophiure, littorine, helcion, porte écuelle… autant d’espèces qui peuplent nos estrans. Autant d’animaux qui nous emmènent dans un micro univers dont Katel Mary extrait la fragilité, la grâce et la beauté avec une poésie qui émerveille. Katel a promené son œil averti et son objectif macro d’Hoëdic, à Locmariaquer en passant par La Trinité-sur-Mer. Grâce à elle nous sommes en mesure de nous enthousiasmer pour ce monde en miniature et de veiller à sa protection.

En 1929, Pierre Jamet effectue son premier séjour à Belle-Ile-en-Mer. Jusqu’en 1939, il est moniteur puis directeur d’une colonie de vacances implantée sur l’île de Grand Village. Il y photographie ses pensionnaires de l’époque, Daniel Filipacchi, Marcel Mouloudji ou Diana Vierny. En 1945, il fait l’acquisition d’une maison sur l’île qui deviendra son port d’attache et sa retraite. La photographie qu’il réalise sur place, raconte avec humanité la vie des paysans et des marins mais aussi les plaisirs de la plage et du soleil. C’est dans la mouvance des grands photographes humanistes de son temps que Pierre Jamet a saisi des scènes de la vie à Belle-Île-en-Mer. Par l’intermédiaire de ses photographies, il nous transmet à la fois un témoignage important de l’histoire belliloise et la poésie d’une époque où rêves et réalités se mêlaient avec bonheur et simplicité.

«Pouces» (comme sont nommés communément les pouces-pieds à Belle-Île) est l’histoire de deux pêcheurs de l’extrême qui, accrochés aux cailloux battus par le sac et le ressac au large des Aiguilles de Port Coton, cherchent souvent au prix d’un véritable danger à arracher à la roche le précieux crustacé qui se retrouvera quelques heures plus tard sur les tables ibériques. Erwan Amice a accompagné ces hommes en pleine d’action pendant l’hiver 2014 et a ramené une moisson d’images qui prouve s’il était besoin, que le Mor Braz reste une mer d’où l’homme extrait de quoi vivre.

Exposé aux Rencontres Photographiques d’Arles, BLUE EYES, « Portraits de Navigateurs » deviendra « Tous les marins ont les yeux bleus » sous la plume de Maylis de Kerangal. Maud Bernos a capturé durant trois ans – en noir & blanc à l’Hasselblad – le regard de ses héros à leur retour à terre, à l’arrivée de la course. Ce sujet, succès d’édition n’a jamais été exposé en grand format extérieur.

Originalité supplémentaire, vous pourrez écouter Maud vous faire le récit de la réalisation de ces images via votre téléphone et une application gratuite.

Rodolphe Marics a revisité pour Escales Photos le territoire du Mor Braz en prenant de la hauteur. Ses vols photographiques le mènent vers une approche aussi contemplative que documentaire. Ses images nous amènent à reconsidérer le fragile équilibre de la bande littorale qui sans cesse dessine un nouveau paysage : végétal ou minéral, dunes ou marais, plages de sable fin ou estran granitique. Les traces de la main de l’homme y sont presque toujours omniprésentes.

Dans un cadre préservé et authentique, l’enceinte de La Chapelle du Saint-Esprit d’Auray, « Ciel du Mor braz » nous invite à explorer constellations, voie lactée, pluies d’étoiles filantes, lumière zodiacale, plancton phosphorescent sous une voûte céleste étoilée, triangle d’été ou ciel d’hiver depuis différents sites du Mor Braz et depuis Auray. Une exposition à découvrir qui ravira petits et
grands, experts ou astronomes en herbe.

Le mot d'Anne-Claire Coudray, la marraine du festival
Anne-Claire Coudray et Xavier Dubois
Xavier Dubois cofondateur du festival & Anne-Claire Coudray (journaliste sur TF1)

Combien de fois, ai-je regardé la marée monter ou descendre, fixé mes pieds sous l’eau, chatouillés par ces grains de sable en mode aller-retour. Si l’on m’avait dit qu’autour de moi, des milliers d’êtres à patte et à antennes étaient en train de vivre le même moment, je me serais sentie moins seule! Il aura fallu attendre 2019 et ce reportage sur le petit peuple de l’Estran pour que cette solitude de bord de mer prenne fin…

Et c’est sans doute cela « Escales photos » ! Ce sentiment d’appartenance à un territoire, bien plus riche qu’il n’y parait. L’œil humain voit. La photo donne du sens. Chaque année, ces expositions nous comblent. Elles nous montrent ce que nous avons d’unique, mais aussi d’universel. Les deux pôles de l’identité. Cela fait 7 ans que ça dure et cela fait 7 ans que ce constat nous émerveille à chaque fois. Vivement l’an prochain…

Le mot d'Emilie Moisdon, la présidente d'Escales Photos

Cette année,  Escales Photos embrasse le Mor Braz dans son caractère universel autant que dans ses particularismes. De l’infiniment petit, votre festival replace son territoire dans une échelle internationale tout en gardant l’humain au centre de son attention.

Katel Mary avec son « Petit peuple de l’estran » vient nous rappeler que la richesse d’un territoire est bien souvent insoupçonnable et d’autant plus fragile quand elle est à la porté de chacun ! Grâce à elle nous sommes en mesure de nous émerveiller d’une nature toujours plus surprenante sur laquelle il faut absolument veiller, d’un monde en miniature qui vient habiller les murs de Locmariaquer.

Le Mor Braz partage son territoire entre insularité et continent. Un territoire qui façonne l’individu précisément à un âge ou tout semble possible : l’adolescence. Antoine Vincens de Tapol est allé à la rencontre des adolescents de Belle-Île et de Groix. Ils lui ont livré leurs espoirs, leurs désirs mais aussi leurs inquiétudes face au monde  qui les attend. Logiquement c’est à Palais (Belle-île-en-Mer) que vous pourrez aller à la rencontre de ces jeunes.

Hoëdic a été choisi en 2013 par l’Unesco pour figurer parmi 18 pays dans un reportage photo fleuve sur l’accès à l’éducation pour les enfants dans le monde. Quel enjeu pour l’avenir se joue dans la scolarisation des petits libyens, mexicains, kényans, brésiliens, thaïlandais, indien, burkinabé ou hoëdicais ? Telle est la question que pose cette exposition réalisée par les photographes de Sipa Press et accrochée à Hoëdic.

Et puis il y a  évidemment les 8 autres expos à découvrir ou redécouvrir dont « Toutes directions » de Franck Betermin à la Trinité-sur-Mer, produit par Escales Photos et lauréate depuis du grand prix de la photo en Bretagne et « Tous les marins ont les yeux bleus » de Maud Bernos à Pouharnel qui vous donnera autant à voir qu’à entendre.

Enfin pour la première fois, le festival accueille Auray comme commune associée et installe  2 expositions tout l’été dans la chapelle du Saint Esprit en plein centre de la ville : “Verticales Mor Braz” de Rodolphe Marics et “Ciel du Mor Braz” de Laurent Laveder.

Bonne balade en images à tous

Un projet à l'échelle d’un territoire entre îles et continent

Le festival Escales Photos est la seule manifestation culturelle qui expose de la photographie grand format sur 6 communes du Morbihan en Bretagne. Présente sur le littoral français à Locmariaquer, La Trinité-sur-Mer, Plouharnel, Le Palais (Belle-Île), Houat et Hoëdic, Escales Photos s’attache à raconter sous la forme de reportages photographiques accrochés à même les murs des maisons des villages l’histoire, la vie, les richesses, les particularités de son territoire et des habitants qui l’occupent.

Depuis 6 ans de mi juin à fin octobre, ce sont plus d’une vingtaines de travaux photographiques d’archive ou de commande qui ont été présentés. Des photographes bretons, français ou étrangers sont venus poser leur regard sur les réalités de ce bout de terre bordé par le golfe du Morbihan à l’est et la presqu’île de Quiberon à l’ouest.

Chaque année, la recherche des thématiques, la sélection des images et l’implantation sur les sites font l’objet d’une scénographie minutieuse.

Tous les ans un circuit photographique est ainsi proposé aux touristes et aux habitants pour découvrir une facette de la région qu’il est souvent difficile d’approcher : la pêche évidemment dans tous ses métiers (les pêcheurs de pouce pieds à Belle-Île, les marins pêcheurs de Houat, la pêche côtière vue par un photographe pêcheur américain…), mais aussi la faune, la fragilité du littoral, des témoignages sur les métiers d’autrefois aujourd’hui disparus (les gardiens de phare) et l’ouverture vers l’ailleurs et l’autre qui partage bien souvent les mêmes préoccupations (regard croisé sur Houat et Madagascar ou sur le transport maritime à Manhattan et sur nos îles). Une belle place est faite tous les ans à la photographie d’autrefois avec des sujets emprunts d’humanisme poétique.

Escales Photo vous ouvre les portes du Mor Braz alors bon voyage !

Bandeau partenaires de Bretagne Escales Photos
Escales Photos remercie tous ses partenaires pour leur soutien